Réseau d'information sur le séquencage du genome

Une avancée dans la lutte contre la leucémie

Partager sur Facebook
traitement leucemie Une équipe de l’université de Pennsylvanie a récemment publié une étude dans le New England Journal of Medicine et la revue Science Translational Medicine, quant à leurs recherches dans le traitement de la leucémie : une nouvelle thérapie génique s’est avérée particulièrement efficace.

La leucémie lymphoïde chronique

La leucémie lymphoïde chronique ou LCC est un cancer du sang. Il se caractérise par une multiplication des lymphocytes touchant les ganglions et l’ensemble des tissus lymphoïdes, puis progressivement la moelle et enfin le sang.

La leucémie touche majoritairement des personnes de plus de 60 ans. A ce jour, le seul traitement disponible consiste en une transplantation de moelle osseuse ou de cellules souches, avec un risque élevé de mortalité.

Protocole expérimental

David Porter et Carl June, les deux chercheurs du projet, ont tout d’abord prélevé des cellules lymphocytes T de trois patients atteints de la leucémie à un stade avancé. Grâce à un virus conçu de façon expérimentale, ils ont ensuite modifié ces lymphocytes génétiquement. Ils ont pour ainsi dire, programmé les cellules afin qu’elles s’attaquent aux cellules leucémiques porteuses d’une certaine protéine.

Si de précédentes tentatives de modification des lymphocytes avaient déjà réussi, elles ne permirent toutefois jamais aux cellules de se multiplier suffisamment pour attaquer les cellules cancéreuses.

Résultats

Une fois cette opération réalisée, les chercheurs ont réintroduit les milliers de lymphocytes génétiquement modifiés dans le corps de chaque patient. Si le fonctionnement normal des lymphocytes consiste en leur multiplication face à une infection du corps, les deux chercheurs n’espéraient toutefois pas un tel taux de prolifération de leurs cellules : ces-dernières ont en effet été multipliées par 1000 !

Après quelques jours de traitement, les patients ont ressenti de la fièvre, des frissons ainsi que des nausées, tous trois étant des signes cliniques de la mort de cellules cancéreuses. Selon le docteur June, les effets indésirables du traitement ressemblent à « la pire grippe de leur vie. Mais après ça, c’est fini, ils vont bien. »

Sur les trois patients traités, deux d’entre eux sont aujourd’hui en rémission, et ce plus d’un an après le traitement. Le troisième a connu un recul de sa leucémie. Le seul effet secondaire observé semble être une destruction des lymphocytes génétiquement modifiés combattant les cellules cancéreuses.

Il suffit donc aux médecins d’en réinjecter régulièrement pour poursuivre le traitement.
Les chercheurs attendent désormais d’observer la rémission dans le temps et débutent des travaux sur d’autres formes de cancers.

1 commentaire
  1. Comment faire pour faire partie des volontaires?
    Ya t’il moyen d’y accéder en France?
    Merci

Laisser une réponse