Réseau d'information sur le séquencage du genome

Le séquençage du génome du corail

Partager sur Facebook

La dégradation de la population de corail n’est plus un secret : dans les îles les plus peuplées et les plus touristiques, telles les Antilles, Mayotte, La Réunion ou encore les îles de la Polynésie Française, le pourcentage des récifs atteints est estimé à 30% tandis que 50% d’entre eux sont menacés.

Causes de la dégradation et enjeux des recherches génétiques

sequencage corailLes raisons qui sont à l’origine de la destruction de la population des récifs de coraux sont nombreuses. Parmi elles, on distingue des causes naturelles telles que les cyclones et des causes anthropiques telles que le tourisme, le réchauffement climatique ou encore la pollution.

Les coraux sont des invertébrés de la famille des cnidaires . S’ils sont si difficiles à protéger, c’est aussi parce la complexité de leur organisme est grande : le corail abrite en effet des algues microscopiques, les zooxanthelles, sans lesquelles il ne peut survivre. Ces deux organismes vivent en une parfaite symbiose.

A la suite de différents traumatismes, tels qu’un réchauffement de la température de l’eau, on observe généralement un blanchiment du corail : il s’agit en fait du départ des algues. Celui-ci entraîne alors diverses carences pouvant conduire à la mort du récif. Le niveau de complexité augmente encore lorsque l’on sait que chaque espèce de corail est atteinte différemment par ce départ.

Le génome du corail mis à jour

Des chercheurs de l‘institut des sciences et technologies d’Okinawa ont récemment percé le secret du génome de l’Acropora digitifera, un corail très répandu dans les océans Indien et Pacifique, riche de 24.000 gènes. Une autre équipe travaille actuellement sur l’espèce de l’Acropora millepora et est sur le point de publier ses résultats.

Les débouchés permis grâce à ces études sont innombrables : ils permettent d’une part d’enrichir la connaissance des biologistes marins mais aussi et surtout, d’observer les impacts des traumatismes sur les organismes ou encore d’identifier les différents gènes intervenant dans le système immunitaire des coraux.

Des découvertes étonnantes

Les premières connaissances émanant du séquençage du génome du corail ne se sont pas faites attendre. En effet, les chercheurs ont pu identifier des gènes impliqués dans la production de protéines jouant le rôle d’une crème solaire ! Il faut dire que les coraux sont fréquemment soumis aux rayonnements ultraviolets…

Plus globalement, les chercheurs ont constaté une grande richesse des gènes impliqués dans le système immunitaire. Leur hypothèse est que le mode de vie symbiotique du corail avec ses algues marines contraint à une meilleure identification de la nature des organismes. Une telle richesse laisse espérer d’importantes retombées en termes de traitements thérapeutiques.

Laisser une réponse