Réseau d'information sur le séquencage du genome

Les recherches sur l’ADN peuvent-elles guérir des maladies

Partager sur Facebook

Si tant de recherches portent aujourd’hui sur le séquençage de l’ADN humain, c’est car elles suscitent de nombreux espoirs en matière de soins et de prévention de certaines maladies. Voyons ensemble en quoi ces avancées peuvent représenter l’avenir de la santé.

En quoi consiste le séquençage ?

Séquencer l’ADN (acide désoxyribonucléique) signifie identifier l’ensemble de ses gènes et lire les informations qui s’y trouvent, un peu à la façon dont une platine DVD lit les données présentes sur le CD.

Les informations ainsi recueilles peuvent être comparées à celles d’une vaste carte routière : sur chacun des 46 chromosomes humains répartis en 23 paires se trouve un nombre important de gènes estimés aujourd’hui entre 20 000 et 40 000.

Toute la complexité de cette carte se résume dans son nombre d’intersections : chaque gène se combine avec d’autres mais également avec des protéines, formant ainsi un nombre incalculable de combinaisons possibles.

Quels liens avec la santé ?

Les liens entre les recherches sur la santé et le séquençage ADN apparaissent très clairement lorsque l’on sait que les maladies se développent, entre autres, à partir d’une combinaison spécifique de gènes. Voilà la raison pour laquelle on parle de prédispositions génétiques.

L’analyse des séquences ADN des diverses maladies ne signifie pas pour autant être en mesure de modifier ces séquences. Les enjeux se cristallisent davantage sur ‘l’avant maladie’ : comprendre les mécanismes des prédispositions génétiques des maladies peut être essentiel dans la prévention de la maladie.

La thérapie génique

A l’énoncé de ces termes, on comprend qu’il s’agit d’un traitement en lien avec les gènes mais la plupart d’entre nous en sait rarement plus. En fait, là encore, les bases du processus sont plutôt simples : il s’agit d’identifier des gènes endommagés puis de les remplacer, un peu à la façon dont on changerait la roue d’un véhicule.

La thérapie génique est donc un traitement par un médicament-gène. Bien entendu, ces-derniers ne sont pas au point pour toutes les maladies, mais les recherches représentent un grand espoir.

Des exemples de maladies en recul

Des essais thérapeutiques encourageants ont eu lieu aux Etats-Unis sur des malades atteints de cancers du larynx, de la langue, de la gorge, ou de l’œsophage. Dans ces cas, les chercheurs sont parvenus à modifier génétiquement un virus et à traiter les patients en le combinant avec une chimiothérapie. Ils ont ainsi observés une réduction des tumeurs de l’ordre de 80% !

En France, les recherches sur le sida avancent également grâce à la thérapie génique : ils sont parvenus à tromper le virus et à l’empêcher ainsi de contaminer certaines cellules. Un vaccin pourrait ainsi consister en la diffusion de cellules leurres dans l’organisme de façon à contenir le virus.

Laisser une réponse