Réseau d'information sur le séquencage du genome

La généalogie par adn, recherche des ancêtres grâce au sequencage

Partager sur Facebook

genealogie adnLes avancées technologiques en matière de recherche ADN ont permis une réduction du coût des analyses, si bien que la plupart d’entre elles est désormais accessible aux particuliers. Parmi ceux-ci, les férus de généalogie ou tout simplement ceux qui sont à la recherche de leurs origines, constituent une cible privilégiée.

Une quête éternelle

De tous temps, les Hommes se sont montrés curieux à l’égard de leurs ancêtres : qu’ils fassent de cette curiosité leur métier, tels les archéologues ou les anthropologistes, ou qu’ils soient simplement en quête de leurs propres aïeux, tous les individus sont partis à la recherche de leurs traces et de leur histoire.

Jusqu’à encore récemment, seuls les objets anciens, les traces écrites ou encore les fossiles constituaient des indices de leur vie. Ces dernières années, grâce aux avancées de la science et de la technologie, les chercheurs ont su lire au travers de l’adn les marques des migrations de leurs ancêtres.

Voici donc ce qu’est la généalogie par adn : une analyse de l’hérédité capable de remonter des milliers d’années dans le passé d’un individu.

Les fondements scientifiques

L’adn de chaque être humain est identique à 99.9 % : toutes les différences existant entre les personnes sont donc le fruit de 0.1% de notre génome, la couleur des yeux, des cheveux, la taille… Cette infime partie de l’adn est dite sans fonction, elle peut donc se modifier au fur et à mesure de l’évolution au cours de mutation(s) transmissible(s) aux descendants. L’identification de mutations identiques entre deux ou plusieurs individus devient alors un moyen de repérer des liens de filiation, on parle de marqueurs génétiques.

Bien qu’une très grande majorité du patrimoine génétique d’un individu soit due à la combinaison des adn du père et de la mère, deux éléments y échappent. Il s’agit d’une part de l’adn mitochondrial qui est transmis uniquement de la mère à son enfant (fille ou garçon) et d’autre part, du chromosome Y exclusivement transmis du père à son fils. L’analyse de ces deux éléments permet donc aux généticiens de repérer des liens autres que ceux existant entre l’enfant et ses parents.

Ainsi, des marqueurs spécifiques aux différents peuples existent : les Aborigènes d’Australie disposent d’un marqueur nommé M130 tandis que les Européens possèdent le marqueur M89. En revanche, les deux peuples disposant du même marqueur M168, un ancêtre commun a nécessairement existé et dont les descendants se sont séparés au fil des siècles.

Des techniques de sequencage au service des particuliers

Aussi passionnants soient-ils, les fondements scientifiques décrits ci-dessus ont d’abord eu une vocation de développement de la connaissance avant d’être employés pour répondre aux questions des simples hommes et femmes.

A partir d’un simple prélèvement salivaire, les généticiens sont désormais en mesure de fournir des informations significatives sur l’histoire d’une famille : l’haplogroupe renseigne sur les migrations des ancêtres d’un individu durant la préhistoire, le peuple renvoie aux origines durant l’Antiquité, de 900 ans avant JC à 900 ans après JC, et enfin, la région d’origine indique où se situaient les ancêtres durant le Moyen-Age (de 500 ans après .J.C. à 1500 ans après J.C).

Les laboratoires sont donc désormais en mesure d’indiquer à tout individu de quel peuple il est issu et de quelles origines étaient ses ancêtres. Découvrir que l’on a du sang de marin phénicien ou encore des origines juives, n’est-ce-pas passionnant en termes de connaissance de soi ?

3 commentaires
  1. Quel est la marche a suivre pour l envoi d un prélèvement salivaire

  2. je fais de la généalogie familiale et j’aimerai connaitre mes antécédent par l’intermédiaire de la généalogie génétique. Pouvez vous m’aider? que dois-je faire?
    Merci
    Ogier André

Laisser une réponse