Réseau d'information sur le séquencage du genome

Adn et généalogie ou l’histoire de nos ancêtres

Partager sur Facebook

genealogie-sequencageA partir d’un simple prélèvement salivaire, les généticiens sont désormais en mesure de retracer l’histoire des migrations des ancêtres de tout individu. Leurs techniques sont si performantes qu’elles permettent de remonter jusqu’à la préhistoire, soit 900 ans avant Jésus-Christ.

Votre histoire entre 900 ans av. JC et 900 ans ap. JC

C’est au travers de l’haplogroupe que les généticiens sont capables de remonter la lignée généalogique sur autant de décennies. Les haplogroupes peuvent se définir comme les branches de l’arbre généalogique des Homo Sapiens, ils représentent l’ensemble des personnes ayant un profil génétique similaire grâce au partage d’un ancêtre commun.

On distingue deux sortes d’haplogroupe, le premier étant d’adn mitochondrial et le second de chromosome Y. L’adn mitochondrial (ADNmt) étant transmis de la mère à ses enfants (fille et garçon), l’haplogroupe ADNmt réunit les personnes d’une même lignée maternelle. Enfin, le chromosome Y étant transmis uniquement du père vers son fils, l’haplogroupe chromosome Y se compose des hommes partageant un ancêtre de la lignée paternelle.

Grâce à l’identification des haplogroupes et à leur comparaison entre population, il est possible de connaître, avec une certitude relative, les déplacements migratoires réalisés par des peuples. Ces techniques permettent donc de déterminer la zone géographique dans laquelle nos ancêtres vécurent.

Les techniques scientifiques

L’haplogroupe se détermine à partir des SNPs, c’est-à-dire les single nucleotide polymorphism qui sont eux-mêmes des variations de couples de base (A-D-T-N) de séquences d’ADN. Différents tests et analyses existent aujourd’hui et permettent d’identifier rapidement les SNP, sur l’ADNmt et le chromosome Y. Les similitudes sont alors regroupées en haplogroupe.

Bien que non significatif en termes de généalogie (les haplogroupes constituent des ensembles trop importants pour fournir des renseignements spécifiques à une unique lignée familiale), ces données renseignent sur les migrations géographiques de peuples et fournissent progressivement une cartographie mondiale de plus en plus précise sur l’histoire des hommes préhistoriques.

Le chromosome Y d’Adam et l’ADNmt d’Eve

Le chromosome Y d’Adam comme on le nomme, est ni plus ni moins que le premier homme à être apparenté à tous les hommes vivant aujourd’hui ; à ne pas confondre avec le premier homme présent sur Terre.

Selon les recherches déjà réalisées, les généticiens estiment que cet homme a vécu en Afrique il y a environ 60 000 à 90 000 ans. Progressivement, au fil des générations, les ADN se modifièrent au niveau des SNP, créant ainsi les haplogroupes, qui se développèrent eux-mêmes au fur et à mesure que l’arbre généalogique se complexifiait.

L’Eve mitochondriale, autrement dit la mère d’origine, correspond à la femme dont l’ADNmt se trouve à l’origine de toutes les personnes vivant sur Terre à ce jour. Elle représente donc la mère de tous les êtres humains dans la pure lignée maternelle. Les chercheurs estiment qu’elle vivait en Afrique il y a 175 000 années.

Au travers de la descendance féminine de cette femme, d’autres mères ont donné naissance à des filles dont l’ADN fut progressivement transformé par des mutations et ont ainsi formé les haplogroupes.

Laisser une réponse