Réseau d'information sur le séquencage du genome

ADN et évolution des espèces

Partager sur Facebook

Entre Jurassic Park et voyage dans le temps

Chacun a sans doute en mémoire la fameuse découverte d’ADN dans l’ambre fossilisé qui a permis à l’équipe de scientifiques du Jurassic Park de ressusciter les dinosaures. Les recherches actuelles sont certes, moins romancées, mais les travaux sur l’ADN sont tout de même en passe de recréer des dinosaures…

Distinguer le vrai du faux

Malgré la démonstration du professeur Hamond dans Jurassic Park quant à la récupération de sang de dinosaures dans des moustiques fossilisés dans l’ambre, la théorie n’en est pas moins fausse : aucun ADN ne pourrait en effet être récupéré de cette façon.
Comment, alors, espérer ramener à la vie les dinosaures ? Et bien il semble que les scientifiques puissent se passer de la fameuse molécule : les paléontologues recherchent en effet des techniques ne nécessitant pas d’ADN.

Un nouvel angle de recherche

Jack Horner est un paléontologue célèbre pour sa découverte du premier fœtus fossilisé et ses études sur les comportements sociaux des dinosaures. Ses derniers travaux soutiennent l’hypothèse selon laquelle il serait possible de faire régresser certaines espèces au point qu’elles retrouvent leur forme passée.

Les manipulations sur l’ADN seraient donc susceptibles de ramener des organismes vivants à l’état d’évolution qu’ils connaissaient il y a 100 millions d’années!

Les méthodes employées

Les chercheurs ont tout d’abord entrepris de déterminer les espèces dont l’ADN présente le plus de similitudes avec celui des dinosaures : il s’agirait de la branche des archosauriens, un groupe incluant une grande partie des dinosaures aujourd’hui disparus et dont les représentants actuels sont les crocodiles et les… poulets.

C’est en effet durant le temps de gestation que les fœtus de poulet comportent le plus de similitudes avec les dinosaures. Ces ressemblances se traduisent par la présence d’une queue et de mains à la place des ailes. Ces caractéristiques disparaissant au cours de la croissance, l’enjeu des recherches actuelles est de trouver le moyen de bloquer les gènes responsables de leur disparition.

En utilisant des techniques de régression génétique, les scientifiques ont ainsi pu faire naître des poulets avec des dents ! Si leurs travaux aboutissaient, ils parviendraient à recréer l’archéoptéryx du poulet vieux de 100 millions d’années.

Laisser une réponse